Festival Livre & Mer 2019

Prix Livre & Mer Henri-Queffélec 2019


Depuis 1992, via son Prix Livre & Mer Henri-Queffélec (précédemment dénommé Grand Prix du Livre maritime), le Rendez-vous littéraire du monde maritime met en valeur cinq romans ou essais consacrés à l’univers maritime. Voici les cinq titres en lice cette année. 

 

Qui succèdera à David Fauquemberg, auteur de Bluff, lauréat 2018 ? Réponse le vendredi 8 novembre 2019 durant la soirée d’inauguration du 35e Festival Livre & Mer…

 

Lauréat 2019

Jean-Paul Honoré pour Pontée

aux Éditions Arléa


Jury du Prix Livre & Mer Henri-Queffélec 2019

© Ouest-France
© Ouest-France
  • Anne Quéméré
    Présidente du jury
    Présidente d'honneur
    du Festival Livre & Mer 2019
  • Armelle Le Minor
    Co-responsable de la programmation du Festival Livre & Mer 2019
  • Marion Giffo de Plomelin
  • Benoît Houvenagel
    de Plobannalec-Lesconil
  • Aude Laumonnier de Trégunc
  • Chantal Le Guern-Droguet
    de Camaret-sur-Mer
  • Nicole Moulinoux de Concarneau


Ouvrages en lice

Télécharger
Communiqué de presse
L&M-2019-selection_prix_queffelec.pdf
Document Adobe Acrobat 1'008.6 KB


Le Pirate de l'Indien - Les Aventures de Gilles Belmonte tome 3

Fabien Clauw

Éditions Paulsen, janvier 2019

Le troisième opus de la saga de Fabien Clauw démarre à vive allure, avec un Gilles Belmonte prisonnier des Anglais. Napoléon n'est pas encore empereur, la campagne d'Égypte bat son plein, celle d'Italie débute, la quasi-guerre avec les États-Unis se termine et les services d'espionnage britanniques sont toujours aussi performants. Seul face à l'ennemi, le capitaine de l'Égalité va devoir ruser pour se sortir du pétrin infernal dans lequel il est tombé. 

Ses nouvelles aventures le conduiront de Brest en Île de France (actuelle île Maurice), où nous croiserons aussi bien Talleyrand que Surcouf, sans oublier l'élue de son cœur, l'audacieuse Camille. Les combats maritimes, toujours aussi réalistes et saisissants, rivalisent dans ce troisième tome avec une intrigue des plus originales, dans un pan de l'Histoire de France toujours aussi tourmenté, décidément propice à une belle tension dramatique.


Né en 1972, Fabien Clauw a couru trois Solitaire du Figaro avant d’exercer dans le secteur du nautisme. En 2012, alors qu’il réalise un tour de l’Atlantique à la voile, il entreprend l’écriture des aventures de Gilles Belmonte. Quatre années seront nécessaires à l’aboutissement de cette épopée. Il vit aujourd’hui à La Rochelle où il a fondé une école de croisière.



Cherbourg

« Depuis la mer, on dirait tout juste une ville. Un rivage étendu de maisons blanches qui écarte les bras pour tenter d’attraper ce qu’il peut de l’océan. Le corps atrophié, à peine ancré à la terre, Cherbourg convoite l’horizon et la mer de ses deux membres immenses, deux digues de pierre élancées au milieu des flots. » 

Rade de Cherbourg, été 2012. Une étrange explosion emporte une partie de la digue. Elle pourrait être liée à la démolition du quartier des Provinces, peu de temps auparavant.

Les chantiers de l’Arsenal, où l’on démantèle un sous-marin nucléaire, sont également mis en cause et l’affaire est vite classée "secret défense". Jusqu’à ce qu’un adolescent prétende qu’un de ses camarades a disparu dans l’explosion.

Thriller qui se déroule dans un univers singulier, aquatique et brumeux, Cherbourg tient en haleine, surprend, remue... 


Né à Hong Kong en 1981, Charles Daubas est urbaniste. Avec Cherbourg, il signe son premier roman. 

Charles Daubas

Éditions Gallimard, avril 2019



Juste le tour du monde

Bruno d'Halluin

Éditions Gaïa, mai 2019

1519-2019 : les 500 ans du départ de Magellan pour le premier tour du monde...

Stefan est fils d’un pêcheur breton tombé au front pendant la guerre contre les Français. Richard, dont la mère meurt en couches, est fils de paysan normand. Tous deux viennent au monde à la fin du XVe siècle.

Les apprentissages de la vie, les coups de pouce du destin et leur refus d’une existence toute tracée vont peu à peu les amener à s’éloigner de leur terre natale.

C’est dans la bouillonnante Séville, port et porte des Indes, que les deux hommes vont se rencontrer. 

Ils ignorent alors qu’ils embarqueront bientôt aux côtés de Fernand de Magellan, dans une aventure extraordinaire qui fera d’eux le premier Français et le premier Breton autour du monde. Un exploit qui a désormais 500 ans.


Bruno d’Halluin est né à Annecy en 1963. Depuis l’enfance, la géographie et l’histoire des grandes découvertes le passionnent. Il partage sa vie entre la Haute-Savoie et la Bretagne, et multiplie les voyages au long cours, avec sac à dos ou sac de marin. Sur son propre voilier, il a vogué jusqu’en Patagonie et au cap Horn lors d’un périple de quatorze mois, puis vers l’Islande dont il a accompli la circumnavigation.



Pontée

Pontée conjugue l’écriture poétique et l’écriture documentaire pour décrire l’atmosphère de l’un des plus grands porte-conteneurs du monde, au cours d’un trajet de trente-huit jours entre la Chine et l’Europe. Le texte prend la mer, lentement, comme un cargo, et progresse au rythme de cette traversée. Il n’adopte pas la forme d’une relation linéaire, chronologique, mais celle d’une juxtaposition de moments qui s’enchaînent selon des affinités plus discrètes, comme on voit se superposer les conteneurs que transporte un grand navire.

L’auteur, seul passager de cette traversée, se décrit à distance, en observateur décalé dans cet univers où un terrien n’a rien à faire. Il rend compte, dans une écriture où l’on retrouve l’humour, la rêverie poétique, parfois la conversation, de ce qu’il a vu à bord, mais aussi à quai. Tout nous est conté, du matériel colossal, comme le moteur du navire, les portiques de transbordement, aux équipements plus modestes comme la couchette, la coupée, la machine à laver du bord. Et, bien sûr, la mer, dans tous ses états.


Jean-Paul Honoré est linguiste. Il a enseigné à l’université Paris-Est ainsi qu’à l’université de Kyoto, au Japon, où il a résidé plusieurs années.

Jean-Paul Honoré

Éditions Arléa, février 2019



Cargo

Marianne Rötig

Éditions Gallimard, octobre 2018

« Voir s’approcher le grand cargo est délicieux. Le taximan me dépose aux pieds du colosse avec sourire et souhait de bonne traversée. L’absurdité me saisit crûment. Je suis dans ce port du bout du monde déjà pris par la nuit d’hiver, dans le froid du mauvais temps, face à face avec ma dinguerie, enfin palpable et somme toute assez massive… ça existe, c’est là sur un quai, un grand morceau de fer flottant, à ne plus demander qu’à être rencontré, découvert, appris. » 

Seule femme à bord, une jeune voyageuse passe une semaine sur un cargo entre Le Havre et l’île de Malte. Elle observe les hommes de l’équipage : il y a le capitaine, exemple d’une virilité traditionnelle, un élève officier séduisant mais qui souffre du mal de mer, un ingénieur charismatique qui s’occupe de la bonne marche des machines, enfin des Philippins soumis à des tâches plus obscures, avec qui elle engage des parties de baby-foot…


Marianne Rötig a développé sur le port de Hambourg une passion peu commune pour les cargos. Cette fascination ne l’a pas quittée depuis et signe avec Cargo son premier livre, déjà lauréat du Prix Écume de Mer 2019 décerné par la Fédération nationale du Mérite maritime.



Les membres du Jury réunis autour d'Anne Quéméré (et Mlle Sasha) lors des délibérations qui se sont tenues le vendredi 11 octobre 2019 à Concarneau © Brieg Haslé-Le Gall / L&M 2019
Les membres du Jury réunis autour d'Anne Quéméré (et Mlle Sasha) lors des délibérations qui se sont tenues le vendredi 11 octobre 2019 à Concarneau © Brieg Haslé-Le Gall / L&M 2019