Prix Henri Queffélec

Le Prix Henri Queffélec récompense une œuvre alliant qualités littéraires et force d'évocation de l'univers maritime.

Six jurés, emmenés par François Bourgeon, Président du jury, ont choisi de récompenser La Mer et le martin-pêcheur, de Bui Ngoc Tan, traduit par Hà Tây.


Six romans maritimes étaient en compétition pour le Prix Queffélec


La Mer et le Martin-pêcheur

Nous sommes au Viêtnam, plongés dans le monde de la mer, de ses animaux et de ses hommes ; ces pêcheurs qui, à l'instar du martin-pêcheur, se battent pour nourrir leur femme et leurs petits. Un monde de violence et de tendresse, de fraternité et de coups bas, un monde de dureté - celle du régime politique, celle de la bataille pour survivre - un monde voué à disparaître dans les méandres de la concurrence et de la mondialisation. De sa belle écriture pleine de poésie, Bui Ngoc Tan nous emmène là où nous ne sommes jamais allés: et quand on referme le livre, on en sort bien changé. Et meilleur, aussi.

 

Bui Ngoc Tan

Bui Ngoc Tan est né en 1934 à Haiphong.

Militant de la première résistance à Hanoi, puis journaliste, il a vécu l'expérience traumatisante des guerres et de la prison.

Il a déjà publié, chez le même éditeur, Une vie de chien (2007).

 


© Martine Doyon
© Martine Doyon

Dominique Fortier

 

Dominique Fortier est née à Québec. Après un doctorat en littérature à l’université McGill, elle travaille comme réviseure puis se consacre à la traduction et à l’édition. Elle a traduit une vingtaine d’œuvres d’auteurs canadiens et étrangers avant de faire paraître en 2008 son premier roman, Du bon usage des étoiles (éditions Alto), qui ne sera découvert en France qu'en 2011 et publié par les Éditions de la Table ronde. Le roman, qui sera bientôt adapté à l’écran par Jean-Marc Vallée (Café de Flore), reçoit la même année le Prix des Gens de Mer du Festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo. Elle a depuis publié deux autres romans, Les larmes de Saint Laurent et La porte du ciel, toujours aux éditions Alto. Elle vit à Outremont.

Du bon usage des étoiles

Éditions de La Table ronde

 

Mai 1845. Le Terror et l'Erebus quittent les berges de la Tamise et mettent le cap sur l'Arctique. Leur mission: découvrir le mythique passage du Nord-Ouest qui relie l'Atlantique au Pacifique. À leur bord, cent vingt neuf hommes, quantité de vivres, de l'argenterie et des livres afin de perpétuer l'atmosphère raffinée des salons victoriens.

L'arrogant Sir John Franklin commande l'expédition, destinée à asseoir la suprématie de la couronne britannique. Il est secondé par le discret Francis Crozier. Le journal de ce dernier témoigne du quotidien, de l'enthousiasme des équipages, puis de leur angoisse lorsque l'étau des glaces se referme sur eux. Pendant ce temps-là, à Londres, lady Jane Franklin et sa nièce Sophia, dont Crozier se languit sans espoir, courent les mondanités avant d'être peu à peu gagnées pas l'inquiétude. Tragédie et comédie se croisent et se répondent dans ce roman qui navigue entre l'immensité sauvage de l'Arctique et les bals huppés, les marins hantés par la faim et la dégustation d'un thé rare.

 


Le Dos crawlé

Éditions Gallimard

 

Eté 1976 sur l'Atlantique. Deux enfants rêvent de pays lointains. Marin a treize ans et Lisa dix. Marin raconte le sable qui brûle et autre chose qu'il ne saurait dire quand il regarde Lisa et la mère de Lisa, une ancienne Miss Pontaillac. Heureusement oncle Abel est là qui veille en douce et Monsieur Archibouleau avec ses gros muscles. Et aussi Monsieur Maxence qui écoute la météo marine. Et les parties de pêche, les complets poisson, l'odeur des citronniers, heureusement. Les parents sont si décevants. Les cœurs s'écorchent. L'enfance se consume. Un jour Lisa saura nager le dos crawlé.

© C. Hèlie
© C. Hèlie

Éric Fottorino

Né à Nice, Éric Fottorino est journaliste et écrivain. Diplômé de Sciences Politiques, il commence sa carrière de journaliste au quotidien Le Monde. Il publie son premier roman, Rochelle en 1991. Suivront ensuite de nombreux romans, dont Territoire fragile, Korsakov (Prix des libraires), Caresse de rouge, Baisers de cinéma (Prix Fémina 2007), L'Homme qui m'aimait tout bas et Questions à mon père. En 2001, ce passionné de vélo prend le départ du 53ème Grand Prix du Midi Libre et publie par la suite le récit de son aventure dans Je pars demain. En 2006 il devient rédacteur en chef du Monde ; en 2008, il en devient ensuite le directeur, jusqu'en 2011, année où il publie Le Dos crawlé.


François Bellec

Né à Brest, François Bellec est contre-amiral de Marine, écrivain et peintre. En 1954 il rentre à l'École navale tout en suivant des cours à l'École des Beaux-Arts, ce qui lui vaut, plus tard, d'intégrer le célèbre corps des peintres officiels de la marine. Réalisateur d'une douzaine de films sur l'histoire de la Marine, il collabore également à la rédaction d'une trentaine d'ouvrage collectifs sur l'histoire de la navigation et des découvertes et l'exploration du monde, tels que Arsenaux de la Marine en France, qu'il co-écrit avec Jean-Pierre Réal. En 2006 il est élu Président d'honneur et président du jury du Prix Henri Queffélec du Festival Livre & Mer de Concarneau. En 2012 il publie L'Arbre de nuit, son premier roman.

L'Arbre de nuit

Nous sommes au XVIIe siècle. À LIsbonne, François Costentin, assistant cartographe,  Jean Mocquet, apothicaire et chirurgien auprès du roi Henri IV, et Dona Margarida, jeune aristocrate, embarquent tous trois pour Goa, chacun certain de ses choix. Mais aucun voyageur ne peut prévoir l'horreur d'une traversée de 14 mois, entre tropiques et Atlantique sud, coupé par un hivernage à Mozambique.… François, Jean et Margarida resteront liés à jamais par la violence de cette aventure.



© dr
© dr

Joe G. Pinelli

Né à Gouy-Les-Piéton en Belgique, Joe G. Pinelli est un illustrateur, dessinateur et scénariste. Dès la fin des années 70, il suit des cours de bande dessinée à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Liège. Il commence à publier dans les années 80 ; le début des années 1990 est marqué par la publication de sa trilogie No mas pulpo (Plus jamais de poulpes), No mas Chorizo (Plus jamais de Chorizo) et Unicamente puros (Que cigares), qui lui confère le titre de « spécialiste de l'autobiogrpahie en bande dessinée). En 2003  il remporte le 1er Prix du festival de la BD avec Bonnet d'âne ainsi que le « Soleil d'or du meilleur graphiste » en 2007 pour Une magnifique journée. Parallèlement à ses ouvrages, Joe G. Pinelli expose régulièrement des illustrations et dessins à l'huile en France et en Belgique.

 

Jean-Bernard Pouy

Né à Paris, Jean Bernard Pouy exerce de nombreux métiers (animateur socioculturel, enseignant, concepteur graphique, journaliste), avant de devenir auteur de romans noirs (Nous avons brûlé une sainte, La Belle de Fontenay, L'ABC du métier, Spinoza encule Hegel…) et directeur de collection.Jean Bernard Pouy est également le père du Poulpe mythique, une collection de romans policiers qu'il inaugure avec La Petite écuyère a cafté. La collection a par la suite été adaptée au cinéma en 1998 dans Le Poulpe ainsi qu'en bande-dessinée. Adepte de l'OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle) l'auteur pratique assidûment l'écriture à contraintes en participant notamment à l'émission « Des Papous dans la tête » sur France Culture. En 2008, il reçoit le Grand prix de l'humour noir pour l'ensemble de son oeuvre, qu'il décroche en 2008. 

 

Sous le vent

éditions Jean-Claude Lattès

 

Dans la petite école de Bothoa, au cœur de la Bretagne, un jeune élève, Pol, s'ennuie. Il observe les cartes accrochées aux murs et rêve d'un ailleurs, un monde où le vert ne dominerait pas, où les fruits seraient gros et juteux, où le vent serait chaud. Il se persuade que le jour où il faudra partir – car un jour ou l'autre un Breton doit s'en aller – il choisirait la main du hasard. Il accrocherait lui aussi une carte au mur, il prendrait une fléchette, la lancerait et se jurerait d'aller là où la pointe d'acier se ficherait. Des années plus tard, le moment est venu. La pointe de la fléchette se plante en plein Pacifique. Alors, sans réfléchir, Pol fait vite son baluchon et s'en va, un petit matin aussi flamboyant que ses souvenirs…


Pilar Hélène Surgers

Née à Gravelines, Pilar Hélène Surgers est architecte, photographe et journaliste. Elle publie son premier essai en 2003 Massoud au coeur, en hommage au Lion du Panshir. Elle publie ensuite Montmartre Délires en 2006. Son amour et sa passion pour sa région natale l'ont amenée à étudier la culture et les coutumes Ch'ti. A la suite de ses recherches, elle publie un nouvel essai, Les Gens du Nord et la Ch'ti-attitude en 2008. Le Carnaval des vents d'Islande est son premier roman.

 

 

Le Carnaval des vents d'Islande

éditions Jean-Claude Lattès

 

Port de Gravelines, 1898. Le jeune Pierre Blondeel embarque sur la Louise-et-Gabrielle. Au loin, l'Islande et ses eau poissonneuses. Pour le jeune homme, la pêche à la morue est aussi mythique que vitale: elle fait vivre l'économie locale de Dunkerque et de ses environs. Surtout, en Islande se trouve la délicieuse Soley, aux cheveux roux pâle, qu'il compte bien épouser malgré les frontières de langue, de culture et de distance. Mais une tempête, un naufrage, un autre homme aussi, seront autant de périls qu'il devra affronter. 

Années 2000, Dunkerque. Raphaël Nemours, journaliste et parisien pur souche, débarque dans le Nord enquête sur des pollutions illégales. En compagnie d'Agathe, originaire de la région, il va découvrir l'une des plus solides tradition de la ville: le carnaval. Hymne à Jean Bart, déguisements, rituels, bière qui coule à flots, les rires francs et, bien sûr, le parlé Ch'ti... La rencontre avec Antoine, descendant des pêcheurs à la morue d'Islande, mémoire vivante de Dunkerque, va entraîner Raphaël dans l'histoire de ce Nord méconnu. Passionné par ce passé très riche, volontaire et curieux, Raphaël découvrira peut-être ce qui, vraiment, l'attendait à Dunkerque...