Prix Henri-Quéffelec

Le prix est attribué à Isabelle Autissier pour "Seule la mer s’en souviendra, Grasset

 

 

La sélection :

  • Besoin d’îles, Louis Brigand, Stock

  • Comptoir des océans. Histoires de marins, Jéromine Pasteur et Gilles Rigaud, Collection L’esprit voyageur, Arthaud

  • Des saisons au bord de la mer, François Maspéro, Collection La librairie du XXIe siècle, Seuil

  • La musique des Kerguelen, Olivier Bass, La Découvrance

  • Moi, Osmane pirate somalien, Laurent Mérer, Koutoubia

  • Seule la mer s’en souviendra, Isabelle Autissier, Grasset


Prix Beau-livre maritime

  LA gagnante est Peuples des mers, Nathalie MEYER-SABLÉ, Chasse-marée / Glénat

 

 

La sélection :

  • La biodiversité littorale vue par Mathurin Méheut, textes de Michel GLÉMAREC, Éditions Le Télégramme

  • La grande histoire du sauvetage en mer, Michel GIARD, Éditions Le Télégramme

  • La Jeanne d'Arc. Porte-hélicoptères R97, textes de Stéphane DUGAST et photographies de Christophe GÉRAL, E/P/A

  • Peuples des mers, Nathalie MEYER-SABLÉ, Chasse-marée / Glénat

  • Océans, Jacques Perrin, textes de Stéphane Durand et François Sarano, Seuil

  • Pirates, Michaël PITIOT, Chasse-Marée / Glénat

  • Sirènes. Au coeur du Peuple des Eaux, Pierre CHAVOT, Chasse-marée / Glénat

 


 

Prix BD ÉCUREUIL

 

SÉLECTION 2010

 

 

LA PREMIÈRE SÉLECTION EN LICE POUR LE PRIX

 

  • L'homme bonsaï de Fred Bernard, Delcourt

  • Transat d’Aude Picault, coll. Shampoing, Delcourt

  • Les enfants du capitaine Grant, T.1, Alexis Nesme, Delcourt

  • Immergés, T.1 : Günther Pulst, Nicolas Juncker, Treize Etrange

  • L'île au poulailler T.1, Laureline Mattiussi, Treize Etrange

  • Jéronimus, T. 2 Naufrage, Dabitch et Pendanx, Futuroplis

  • Le dernier voyage d'Alexandre Humbolt, Vincent Froissard et Etienne Le Roux, Futuropolis

  • Vent debout, Renaud de Heyn, Casterman

  • Saint-Kilda, T.1 Les Esprits d’Hirta, Pascal Bertho et Chandre, Atmosphères, Emmanuel Proust Éditions

  • Terre neuvas. Christophe Chabouté, Vents d’Ouest

  • Le voyage d’Esteban. T.3 La survie, Mathieu Bonhomme, Dupuis

  • À bord de l’étoile Matutine, Riff Reb’s, Soleil Productions

______________________

Jury 2010

Bruno Le Floch, président du jury ;

Caisse d'Epargne Bretagne Pays de Loire ;

Catherine Le Guern, responsable du secteur BD en bibliothèque ;

Laurent Le Sayec, libraire ;

Gwen Le Rest, membre de l'association « Les bédéastes imageurs » ;

Cécile Peltier, Association Livre & Mer


 

 

Le gagnant du Prix BD Ecureuil, Fred Bernard,est né à Beaune en 1969. Il entame des études aux Beaux Arts où il étudie le graphisme, la peinture, la photo et l’illustration, puis à l’école Émile Cohl à Lyon où il rencontre François Roca. En 1990, à la suite d’un accident de moto, il apprend à dessiner de la main gauche et devient ambidextre. En 1994, il va chercher des croquis en Hollande, dans le sud de la France, au Canada et à New York. Il écrit également plusieurs chansons pour son ami Nino Ferrer, rencontré en 1991, et réalise la pochette d’un de ses albums. En 1995, Fred Bernard signe son premier contrat au Seuil jeunesse en illustrant  Warf, le pirate de Philippe-Henri Turin. Depuis, avec son compère François Roca, il a publié plusieurs albums, récompensés par de nombreux prix, notamment La Reine des fourmis a disparu 

(Albin Michel) qui a reçu le Prix Jérôme Main en 1996, et les Prix Alphonse Daudet, Sorcières et Goncourt jeunesse en 1997. Fred Bernard a choisi maintenant de délaisser le dessin jeunesse, il continue cependant à écrire des textes et des nouvelles illustrés pour la plupart par François Roca. Il préfère aujourd’hui se consacrer à la bande dessinée adulte et au dessin en noir et blanc comme en témoigne ses derniers albums :

La Tendresse des crocodiles (2003) et L’Ivresse du poulpe

(2004) tout deux publiés au éditions du Seuil.

Plus récemment, il a publié deux remarquables bandes dessinées aux éditions Casterman :

Lily Love Peacock et Little odyssée. L’Homme bonsaï

est l’adaptation en BD d’un de ses romans jeunesse.


Quai des nouvelles

 

 

Pour la seconde année consécutive, le Festival organise le vendredi 30 avril 2010 à 10h et pour une durée d’une heure, un concours d’écriture épistolaire sur un thème imposé, à destination d’une centaine de collégiens et de lycéens inscrits à l’avance.

 

À partir de la première phrase donnée, les élèves rédigent une lettre jusqu’à son point final sur un maximum d’une copie double.

 

Un jury départagera les lauréats qui recevront chacun un lot de livres qui leur sera remis sur la scène du Centre des Arts au cours de la cérémonie d’inauguration le samedi 1er mai à partir de 11 h.

 

Chaque lettre primée sera publiée dans la presse.

  -----------------------------------

Texte de Emmanuelle Monoyeur.

 

Chère Émilie,

 

Il est 18h30 et nous sommes toujours en mer. Il fait presque noir et très froid. Je sens bien qu'un orage se prépare. En mer, l'orage déchaîne souvent les vagues et le vent. Je le sais bien mais aucun de nous deux n'ose le dire à l'autre. J'aperçois une lueur de peur dans les yeux d’Auguste. Il essaye de le cacher, mais je vois bien qu'un frisson vient de lui traverser le dos. Cependant, je lui fais confiance. C'est un habitué de la mer.

 

- Justine ? me dit-il, prends cette couverture ! Je vois bien que tu as froid ! As-tu ton portable sur toi ?

 

- Euh...oui il me semble, dis-je en tâtant mes poches. Mais pourquoi en as-tu besoin?

 

- Oh et bien, c'est juste en cas de problème.

 

- Comment ça ? On rentre bientôt non ? On n'est pas si loin de la côte ? Tu me l'as certifié tout à l'heure !

 

- Oui c'est ce que je croyais mais lorsque nous nous sommes assoupis, je n'ai pas osé te le dire mais...

 

- Mais quoi ?

 

- Et bien quand tu disais que tu ne reconnaissais pas le paysage, c'est parce que nous avons dévié.

 

Je n'arrive même plus à écrire tellement je suis pétrifiée. Mais enfin ? Pourquoi j'ai accepté de venir faire cette balade avec lui ? Pourquoi ? Je suis la fille la plus naïve de la terre ! Comme on le dit, l'amour est aveugle ! Je suis sûre que maintenant que tu me lis, tu dois être morte de rire.

 

Bref, maintenant il fait nuit, je suis mouillée, j'ai froid et mon mauvais caractère commence à prendre le dessus. La tension monte car l'orage commence à gronder. Je déteste l'orage.

 

Auguste, lui, essaye de me rassurer. Mais je débite tellement de méchancetés qu'il commence à s'énerver. La mer s'agite de plus en plus. Mon portable n'a plus de batterie. Auguste et moi nous nous reprochons un tas de choses jusqu'à ce qu'un orage traverse le ciel et nous pétrifie. Nous ne disons plus rien, c'est la tempête. Il pleut à torrent, les vagues sont fortes et pourtant...C'est tellement beau ! Je n'ai jamais vu de pareil spectacle ! On se croirait dans une peinture. C'est extraordinaire mais extrêmement angoissant. Je regarde Auguste. Il a aussi peur que moi. Je suis sûre qu'il pense à la même chose que moi. Il a peur d'y rester. Cependant, c'est peut-être fou, complètement dingue, mais mourir n'a pas vraiment d'importance pour moi finalement. Mes yeux sont « scotchés » sur ce spectacle saisissant des vagues qui jouent à faire tanguer notre barque, du vent et de la pluie qui dansent follement, et des éclairs qui illuminent ce spectacle ! Soudain, sans la voir arriver, SPLASH ! Une vague nous engloutit, Auguste, la barque et moi. Je me débats avec les vagues puis plus rien. Bizarrement, je n'ai pas de problème pour respirer ! D'ailleurs c'est comme si j'avais toujours vécu sous la mer, je n'ai pas besoin de remonter à la surface pour pouvoir respirer. Comme c'est étrange ! Cela me rappelle une vieille légende que me racontait ma grand-mère. Dans notre village, tous les habitants descendent d'un animal marin. Un peu comme si, au lieu d'avoir un ange gardien, on avait un poisson gardien ! C'est marrant !

 

C'est stupéfiant, je viens de voir un poisson clown qui, étrangement, ressemblait à Auguste. Alors peut-être que c'est vrai ce que raconte cette légende ! Mais alors, que suis-je ? Je baisse la tête et à l'aide de mes bras, j'essaye de ... mais ? Je n'ai plus de bras mais des nageoires ! Je suis un dauphin !

 

Cela fait plusieurs années que j'avais perdu cette lettre. Aujourd'hui, j'ai souhaité te l'envoyer pour que tu saches ce que je suis devenue et que tu en informes ma famille. Je suis désolée si des larmes ont coulé mais c'est ainsi que j'ai choisi de continuer ma vie.

 

Mes excuses et mes amitiés,

 

Je ne vous oublierai jamais,

 

Justine

 

 

--------------------------------------

 

Texte de Camille Lecuyer.

 

La brise qui, il y a quelque temps, caressait mon visage, s'était levée et semait des embruns sur son passage, fouettant les voiles tendues. L'écume voletait par-ci, par-là. Le bruit de la coque s'écrasant sur les vagues, incessant, résonnait à mes oreilles.

 

Aucun doute, la tempête se rapprochait. Yann, à côté de moi, pensait la même chose, mais personne ne le disait, comme si prononcer ces mots rendait la chose plus terrible encore. Je sentis le bout glisser et je le retins de toutes mes forces, m'écorchant la peau.

 

La mer décide, c'est comme ça. C'est peut-être une des seules choses que l'homme n'a jamais fait plier sous ses ordres. Enfin. Une secousse me projette sur le côté, la corde me glisse des mains et mon coéquipier la rattrape de justesse, lâchant la barre qui, sous le reflux incessant des vagues de plus en plus grosses, vire de bord soudainement. Le bateau se cabre, tel un cheval mécontent et la baume, projetée par le vent,change de côté.

 

- Attention ! Hurlais-je à Yann pour couvrir le vacarme du vent. Trop tard. Cette saleté de barre de fer le frappe à l'arrière de la nuque. Comme dans un film, il semble tomber au ralenti avant de se retrouver, inerte, sur le sol, tanguant sur la frêle embarcation. Je le retourne , l'examine, la panique me guette. Il est assommé. Tout ça s'est passé si vite. Je me sens tout à coup seul. Et petit. Minuscule au milieu de l'océan. Mon cœur bat vite, il résonne à mes oreilles.

 

Vingt minutes plus tard, Yann est en sûreté. Mais dans ma précipitation, j'ai omis de refermer l'écoutille qui permet d'entrer dans la cabine. Pour la troisième fois, l'eau rentre à cause d'une vague plus grosse que les autres. L'eau salée rentre dans mon K-Way et je suis là, recroquevillé dans un coin. Je ne sais plus quoi faire. Alors que j'ose un coup d'œil timide au dehors, la tempête fait rage. Je sors. La voile est en lambeaux. Cette voile qui, fièrement, nous menait à la victoire, ne ressemble plus à rien. Et autour de moi du bleu, rien que du bleu, et pas un bout de terre à l'horizon. Les secours m'ont dit qu'ils ne pourront pas venir tant que la tempête serait là. Maudite tempête. Les vagues se brisent sur la coque. À cause de l'eau, rentrée dans le bateau après mon SOS, l'ordinateur et tout le reste sont fichus. Tant pis. Ce sera ma dernière course. J'ai voulu à tout prix gagner. J'aurais voulu gagner. Mais mon coéquipier est inconscient, la voile déchirée, les secours absents. Vous ne trouvez pas que c'est une fin héroïque pour un skipper ? Quand les secours seront là, ils trouveront Yann, pas moi. Je serai parti. Loin. La course, c'était toute ma vie. Maintenant j'ai décidé que je mourrai en mer. Il faudra mourir un jour où l'autre alors pourquoi pas maintenant ? Je saute dans les vagues. Un jour on trouvera la « lettre-bouteille » que vous lisez, et peut-être écrira-t-on une histoire sur moi ?

 

Peut-être. J'ai toujours aimé les fins héroïques.


Sélection AdoMer

 

Le Coup de coeur AdoMer s’adresse aux jeunes lecteurs de la 6e à la seconde, entre 12 et 16 ans qui souhaitent s’inscrire dans une démarche de lecture critique afin d’établir un palmarès entre les 4 romans à caractère maritime de la sélection Livre & Mer.

 

Organisé en partenariat avec Livre & Mer, la librairie Le Livre Phare et la bibliothèque de Concarneau et soutenue par l’établissement public « Livre et Lecture en Bretagne », la sélection du Coup de coeur AdoMer est proposée aux jeunes lecteurs par l’intermédiaire des centres de documentation des établissements scolaires de Concarneau, les bibliothèques et les librairies volontaires du département et de la région.

 

AdoMer est l’occasion d’organiser et d’initier des clubs de lecture en amont du Festival Livre & Mer avec les jeunes lecteurs.

 

Des bulletins de participation sont mis à disposition des participants dans tous les lieux publics et scolaires concernés afin de recueillir leur palmarès.

 

C’est dans le cadre du Festival Livre & Mer 2010 que sera dévoilé puis valorisé dans l’espace jeunesse de notre grande librairie maritime le Coup de coeur AdoMer 2010.

Villa des Oliviers, Anne Vantal – Seuil jeunesse juin 2009 L'homme des vagues, Hugo Verlomme, Gallimard jeunesse, juin 2009 Méto L'île. Tome 2. Yves Grevet, Syros, mars 2009 / - L'arche des derniers jours, Éric Simard, Syros, mars 2009 Mes vacances sans Edgar, Claire Julliard, L'École des Loisirs, mars 2009

 

Le Coup de coeur AdoMer s’adresse aux jeunes lecteurs de la 6e à la seconde, entre 12 et 16 ans qui souhaitent s’inscrire dans une démarche de lecture critique afin d’établir un palmarès entre les 4 romans à caractère maritime de la sélection Livre & Mer.

 

Organisé en partenariat avec Livre & Mer, la librairie Le Livre Phare et la bibliothèque de Concarneau et soutenue par l’établissement public « Livre et Lecture en Bretagne », la sélection du Coup de coeur AdoMer est proposée aux jeunes lecteurs par l’intermédiaire des centres de documentation des établissements scolaires de Concarneau, les bibliothèques et les librairies volontaires du département et de la région.

 

AdoMer est l’occasion d’organiser et d’initier des clubs de lecture en amont du Festival Livre & Mer avec les jeunes lecteurs.

 

Des bulletins de participation sont mis à disposition des participants dans tous les lieux publics et scolaires concernés afin de recueillir leur palmarès.

 

C’est dans le cadre du Festival Livre & Mer 2010 que sera dévoilé puis valorisé dans l’espace jeunesse de notre grande librairie maritime le Coup de coeur AdoMer 2010.

 

Sélection AdoMer 2010

 

Villa des Oliviers

Anne Vantal

Seuil jeunesse juin 2009

 

Cet été-là, Manon, quinze ans, n’a pas le goût de le passer comme les autres années, à la Villa des Oliviers, la résidence de ses grands-parents, chez lesquels toute la famille aime se réunir durant trois semaines, en juillet. L’envie n’y est plus. Ce n’est pas seulement la déception de ne pas voir venir son amie Célia, mais c’est plus globalement un état d’esprit. Manon se sent trop vieille pour ses cousines de douze ans et trop jeune pour être prise au sérieux par les adultes, eux-mêmes bien empêtrés dans leur histoire de couple ou de travail. C’est sûr, cet été de ses quinze ans ne sera pas comme les autres !

 

Anne Vantal est née en 1956. Elle est venue tardivement à la littérature jeunesse, son premier roman pour enfants a été publié en 2003. Mais elle s’est tout de suite fait remarquer avec le Prix Sorcières 2005 pour Cher Théo et une sélection pour le Prix des incorruptibles pour Un été outremer (2 titres publiés chez Actes Sud). Elle signe ici sa première collaboration avec Le Seuil.

 

Mes vacances sans Edgar,

Claire Julliard,

L’École des Loisirs

 

Cet été, Edgar ne viendra pas rejoindre ses cousins ni Charlotte, avec qui il a eu une histoire d’amour l’année précédente. Idole des jeunes depuis sa chanson, Reste avec moi ma Lolita, Edgar travaille sur son futur album dans une maison à Saint-Tropez. Malgré la plage privée, le soleil au zénith et les airs faussement enjoués, l’ambiance est morose: Edgar occupe toutes les pensées et les conversations. Rêvant de retrouver le garçon sombre et romantique qui la troublait tant, Charlotte doit se résoudre à passer ses vacances sans Edgar

 

Claire Julliard est née à Paris et a passé toute son enfance dans la banlieue sud, comme ses héros. La Bièvre l’a beaucoup inspirée, particulièrement dans Marie Mélivent. Après des études de psychologie, elle a été institutrice. On peut dire qu’elle a exercé plusieurs métiers, ce qui correspond bien à son goût pour l’indépendance. Journaliste littéraire (Nouvel Observateur, Journal du dimanche, Paris Match), et bien sûr écrivain, elle est notamment l’auteur d’une biographie de Boris Vian («Folio Biographies»).

 

 

Les sorciers de la ville close,

Evelyne Brisou-Pellen,

Folio Junior

 

Garin Trousseboeuf est à la recherche de villages où l’on aurait besoin de ses services de scribe. Il décide de s’aventurer à Conq, ville fortifiée du Moyen-Age en traversant le peu d’eau qui sépare Conq de la berge. Quand il arrive à Conq, des gens meurent soudainement et tout le monde pense à une épidémie. Mais Garin décide de mener l’enquête pour essayer de trouver ce qui cause tous ces décès ...

 

évelyne Brisou-Pellen est née en 1947 à Coëtquidan. Son abondante bibliographie compte plus de 115 titres d’œuvres romanesques. Elle est l’auteur des séries historiques des Garin Trousseboeuf, le jeune scribe et La Tribu de Celtill, à la période gallo-romaine. Elle a reçu de nombreux prix dont le Grand Prix du livre pour la jeunesse en 1984.

 

Les tortues de Bolilanga,

Franck Prévot,

Éditions Thierry Magnier

 

Grâce à la légende d’Ibou Min’ transmise par son grand-père, Alam surmonte peu à peu sa peine après la mort de son petit frère. D’après la légende, les enfants qui meurent deviennent tortues et rejoignent Ibou Min’ près de Bolilanga, une île proche du village. Aussi lorsqu’un projet hôtelier menace l’île, Alam décide, avec ses copains, de protéger le refuge d’Ibou Min’ et de son peuple de tortues contre la voracité des promoteurs.

 

Franck Prévot est né en 1968 et depuis, il a grandi : bac scientifique, études de commerce, banquier, voyage en Afrique et en Asie, instituteur, marié, papa de trois enfants... Aujourd’hui, il vit à Valence, raconte des histoires un stylo à la main et aime rencontrer ceux qui les lisent.