Concours "Quai des Nouvelles"

À partir d'une phrase tirée du roman jeunesse Seul sur la mer immense de Michaël Morpurgo (Sélection AdoMer 2009), les collégiens concarnois étaient invités à rédiger une courte nouvelle sur le mode épistolaire en une heure. Marie-Joëlle Letourneur de Livre et Lecture en Bretagne, membre du jury, a remis aux deux lauréats, un lots de livres le jour de la cérémonie d'inaugration de Livre & Mer.

 

LES LAURÉATS :

Guillaume BOUDER : élève de 3e au Collège Saint-Joseph

Maëlle GOURMELEN : élève de 6e au Collège des Sables-Blancs



"C'était une nuit calme de pleine lune, pas une ride sur l'océan. Pourtant, ce soir-là, la mort était tout près de moi. Comme je le disais, une nuit calme s'annonçait. Fatigué par une journée de mer, je jetais l'ancre quelques heures pour rejoindre enfin les bras de Morphée. Puis, contre toute attente, la mer paisible fut brisée par une vague. Une seule et unique, aussi haute que le plus grand des gratte-ciel. Ma pauvre chaloupe fut avalée comme mouche par un géant. Et moi dans tout ça ? Aucun souvenir. Le trou noir. Pas même une bribe de mémoire me viendra pour expliquer comment, le lendemain, je m'éveillais bien vivant et sur la terre ferme. Plus tard, j'appris que cette vague fut la plus meurtrière qu'on ait vue depuis des siècles. Ce soir si calme du 26 décembre 2006".

 

Texte de Guillaume Bouder, lauréat de la première édition du Concours Quai des nouvelles


 

"Chère Patricia,
Il n’y a pas beaucoup de marins solitaires qui soient passés par-dessus bord et qui soient encore là pour le raconter. Moi si. Ça s’est passé ce matin, j’étais parti sur mon magnifique bateau L’Étoile du Berger. Je suis parti vers 04h00, il faisait encore nuit quand je suis parti vers le pôle nord. J’ai détaché les cordages et je suis sorti du vieux port. Ensuite je suis arrivé à l’île des Naufragés et j’ai vu un dauphin ; il m’a fait signe de venir en poussant des cris stridents. Je me suis immédiatement bouché les oreilles de peur de perdre mes oreilles, même si elles sont un peu décollées, je ne voudrais pas être sourd comme Juliette et rugir comme un lion pour m’entendre parler. À la fin, j’ai fini par le suivre et devine où il m’a emmené ce petit dauphin ? Au pôle nord, je le savais car j’ai heurté la banquise. Aussitôt, j’ai amarré mon bateau et je suis descendu par l’avant, j’ai marché, marché, et j’ai vu un ours blanc en train de tuer un pingouin. Donc, je suis retourné au bateau et j’ai saisi un harpon et je l’ai envoyé entre les 2 yeux de l’ours qui est tombé plus vite que quand tu avais vu l’araignée. Le pingouin qui a été sauvé par moi a regardé l’ours 2 secondes et il m’a ensuite regardé et il a fait ça 36 fois jusqu’à ce que je crie « STOP » et aussitôt il m’a regardé droit dans les yeux et il s’est avancé vers moi puis il s’est arrêté juste quand j’avais décidé de rentrer. J’ai avancé de trois pas et il en a fait de même, donc je suis rentré au bateau et je ne le voyais pas. Je me suis retourné et il a fait « Kriiiiiiik » ce qui m’a fait sursauter. Je me suis pris les pieds dans la drisse et je suis tombé comme une chaussette sale que l’on jette car elle ne sent pas bon. Le pingouin a immédiatement sauté pour me sauver. Mais entre-temps j’ai vu un énorme requin blanc d’au moins 8 tonnes et de 15 mètres de long. Le pingouin a attrapé mon bras avec son bec et m’a ramené à bord. J’ai donc décidé de l’amener avec moi. Nous avons aussitôt pris la mer Méditerranée et nous sommes rentrés chez moi je commençais à m’attacher à ce petit pingouin mais le zoo l’a pris pour le montrer. Le pingouin était en fait une espèce disparue depuis 1401 et le pingouin est mort quelque temps après mais il a été enterré comme un roi avec des centaines de milliers de fleurs. Mais je pense toujours à mon pauvre ami. Je voulais aussi te dire qu’avant de mourir, il ou plutôt elle, m’a laissé une sorte de petit pingouin manchot discalubrius. Ces petits pingouins, je les ramène au pôle nord demain après-midi et je reste avec eux. Là-bas je pourrai écrire un livre sur ma vie au magnifique pays du pôle nord. À dans 10 ans environ.
Ton dévoué et meilleur ami
Loïc
"

 

Texte de Maëlle Gourmelen, lauréate de la première édition du concours Quai des nouvelles


NOUVEAU : Un Concours d'écriture épistolaire

Pour la première année, le Festival accueillera un concours d'écriture épistolaire à destination des collégiens et lycéens, organisé pendant le Festival au Centre des Arts de Concarneau.

Participation soumise à inscription.

 

Quand : le vendredi 24 avril 2009 à 10h00

Durée : 1 heure

Thème : écriture épistolaire

La première phrase d'une lettre sera dictée et imposée comme point de départ de la rédaction.

Jury : composé par Livre & Mer, le pôle culturel, Livre et Lecture en Bretagne et la rédaction du Télégramme

Prix : les lauréats recevront dans leur catégorie un lot de livres et leurs lettres ou des extraits seront publiés dans la presse.


À partir de la première phrase donnée, les élèves rédigeront une lettre jusqu'à son point final, sur un maximum d'une copie double, en 1 heure.
Un jury délibérera ensuite dans la journée pour désigner un gagnant au regard de l'originalité, du style et de l'histoire de chaque missive.

La meilleure lettre sera publiée dans la presse et le lauréat recevra un lot de livres lors de la remise officielle des prix, sur la scène du Centre des Arts, le samedi 25 avril.